Patrimoine & finance

Apprenez à vos enfants à devenir riche avant 40 ans !

Notre système éducatif est conçu pour créer des employés… pas des dirigeants, ni des entrepreneurs… et encore moins des millionnaires.

La plupart des gens pensent ce qu’ils pensent de l’argent, du commerce, des revenus, de l’épargne etc. parce que c’est ce qu’on leur a appris. Ainsi, ils mettent de côté leurs propres expériences… parfois pendant des années. Et c’est bien dommage.

Mes conseils aux personnes de vingt ans est simple : ne vivez pas au-dessus de vos moyens, ne vous endettez pas et cherchez à augmenter vos revenus. C’est nettement plus important que de tenter d’obtenir un résultat donné en investissant.

Si vous empruntez 100 000 dollars pour aller à l’université, il est extrêmement peu probable que vous soyez en mesure de gagner suffisamment d’argent pour rembourser votre emprunt et réussir à peser un million de dollars net avant vos quarante ans.

Mais rares sont les personnes capables de résister à l’appel de la dette. C’est pourquoi j’encourage toujours les gens à se pencher sur le coût total des choses — intérêts inclus — avant d’acheter. (C’est particulièrement vrai pour l’université. N’oubliez pas de calculer le coût en opportunités)

La quasi-totalité des diplômés se rendent compte à terme que leur diplôme ne vaut pas grand-chose, ou en tout cas qu’il ne vaut pas la somme qu’ils ont emprunté pour l’obtenir.

Selon la Library of Economics and Liberty, les personnes qui vont à l’université mais n’en sortent pas diplômés gagnent en moyenne 743 dollars par semaine (soit 38 000 dollars par an). Les personnes qui finissent leur cursus gagnent 1 043 dollars par semaine (environ 54 000 dollars par an). Ainsi, même si la totalité de la différence de revenus s’explique par le diplôme (et non par des différences de QI ou d’autres compétences) : un diplôme universitaire permet une différence de revenus de seulement 1 000 dollars par mois. En d’autres termes, un diplôme vaut environ ce que je paye à mon jardinier chaque année….

Donc… que vais-je apprendre à mes enfants s’ils veulent devenir riches par leurs propres moyens d’ici leurs quarante ans ?

Je leur dirai qu’il y a beaucoup de choses plus importantes dans la vie – comme le fait d’apprendre simplement pour avoir l’esprit plus ouvert, de voyager, de se faire des amis, de tomber amoureux et d’avoir des enfants. Il n’est pas nécessaire d’être riche pour avoir une belle vie, bien remplie.

Mais s’ils semblent plus intéressés par l’argent que par quoi que ce soit d’autre, je leur donnerai deux conseils…

  • Je leur dirai tout d’abord de travailler — aussi dur et aussi longtemps que possible. Ensuite, je leur dirai d’économiser tant et plus.

Pensez-y : admettons que vous commenciez à travailler dur à 15 ans. C’est à cet âge que j’ai eu mon premier emploi régulier. Je m’occupais du chenil chez le vétérinaire du coin. Je me levais avant l’heure d’aller à l’école et je nettoyais les cages au jet d’eau tous les matins entre 5 et 7 heures. Je faisais la même chose chaque soir. Je tondais aussi des pelouses, et je faisais d’autres petits travaux aussi souvent que je le pouvais.

Disons que vous travailliez ainsi à 15 ans. Au départ, vous ne gagnez quasiment rien –9,50 dollars de l’heure. Supposez que vous soyez en mesure de travailler 40 heures par semaine : vous gagnez alors 380 dollars par semaine. Si vous travaillez 50 semaines par an, votre paye brute sera de 19 000 dollars par an seulement. Mais ce n’est pas grave : vous habitez chez vos parents. Vous pouvez facilement mettre de côté la moitié de cette somme.

Dans notre exemple, le jeune homme, à 16 ans, a 9 500 dollars en banque. Certes, c’est un jeune homme qui travaille dur. Mais j’en ai vu y arriver. Ce n’est pas impossible.

Maintenant, supposons qu’il mette son argent dans un portefeuille diversifié avec des titres à court terme dans des entreprises de première qualité. Rien de bien particulier. Il obtient un rendement de 5% par an après impôts.

Supposons aussi que notre jeune homme soit un malin. En cherchant et en acceptant de meilleurs emplois, en gagnant des primes, il peut faire augmenter ses revenus de 10% par an. Ce n’est pas bien difficile pour quelqu’un qui travaille bien — surtout lorsque l’on commence à 9,50 dollars de l’heure.

Si notre jeune homme persévère sur cette voie pendant que la plupart de ses collègues en finissent avec l’université, il aura économisé 157 000 dollars avant ses 25 ans.

Cette approche ne nécessite pas de compétence particulière ni de diplôme. Elle ne nécessite pas de miracle — rien que du travail acharné, de la discipline et de la persévérance. Oui, ces traits de caractères sont assez rares, mais tout s’apprend. Il n’est pas nécessaire d’avoir un QI particulièrement élevé.

Il lui suffit de bien travailler. Il doit acquérir des compétences utiles aux entreprises et à son prochain. Il doit être tout à fait fiable.

D’ailleurs, les jeunes gens que je rencontre ces jours-ci ont bien souvent une caractéristique tout à fait malheureuse : leur sentiment de valeur personnelle est lié à leur train de vie plutôt qu’à leur valeur nette (leurs économies). Ils ont malheureusement confondu une expérience à court terme (vivre une vie de château) avec l’objectif à long terme (avoir un château).

Ce sentiment me fait bien rire. Ce qui alimente le succès, c’est l’intelligence, le dévouement et un effort durable pour s’améliorer. Je n’ai jamais vu personne obtenir d’augmentation ni de commission en menant la grande vie. J’ai vu beaucoup de gens renoncer à s’amuser aujourd’hui pour être mieux préparé pour leurs travaux du lendemain.

A un moment ou à un autre… peut-être 15 ans après qu’il se soit mis au travail, notre jeune homme devra lancer une entreprise pour continuer de faire augmenter ses revenus chaque année. Cela nécessitera un peu plus de travail, mais ce n’est pas impossible. C’est à ce moment-là que ses revenus nets dépasseront largement le salaire moyen d’un employé de qualité (plus de 70 000 dollars par an).

Mais gardez une chose à l’esprit : notre jeune homme ne se verse pas un salaire mirobolant… il continue son travail… gagne un peu mieux sa vie d’année en année et économise fidèlement, comme un écureuil à l’arrivée de l’automne.

En procédant ainsi, tout simplement, en commençant au salaire minimum, en travaillant dur, en mettant de côté et en faisant augmenter vos revenus à une vitesse raisonnable… vous pouvez devenir riche. Avant ses 40 ans, notre jeune homme aura mis 976 000 dollars de côté. Il aura un revenu annuel de 187 000 dollars. Il sera indéniablement riche.

Quelles sont les variables qui comptent vraiment ?
Eh bien, si l’on suppose que les rendements annuels de ses investissements seront de 15% au lieu de 5%, son pactole sera d’un million de dollars seulement à 40 ans –environ 25 000 dollars de différence nette. Les résultats des investissements ne font quasiment aucune différence pour la construction d’un patrimoine (ils font, par contre, une différence énorme pour les gens qui sont déjà riches).

Qu’en est-il de l’épargne ? Même avec des rendements de 15% par an, la taille de son épargne retombe à environ 318 000 dollars seulement. L’épargne est le facteur le plus important.

Qu’en est-il du travail ? Si l’on suppose que notre jeune homme aime prendre beaucoup de congés.

Disons qu’il ne travaille que 40 semaines par an au lieu de 50. Qu’il parte en Europe, ou aille faire du surf… que se passe-t-il alors ? Son pactole tombe de 100 000 dollars supplémentaires, pour atteindre les 254 000 dollars. En d’autres termes… même si notre jeune homme fait une belle carrière, et que ses investissements portent leurs fruits, mais qu’il n’épargne pas plus que la plupart des gens, et qu’il ne travaille pas plus dur que la plupart des gens, il finira comme la plupart des gens : pauvre comme Job.

D’un autre côté, s’il peut apprendre à mettre de côté comme la plupart des gens ne le feront jamais et à travailler plus dur que tous les autres ou presque… il est quasi certain de devenir très, très riche avant ses 40 ans.a

A propos de l'auteur

Porter Stansberry

1 Commentaire

  • Bonjour,
    En théorie c’est bien mais il y a un hic en pratique. Autrefois trouver un petit job était bien plus facile que maintenant hors le concept repose sur le fait de travailler tôt, du moins en france car vous parlez en dollars donc je suppose que ce cas est américain.
    Cordialement

Laissez un commentaire