Cryptomonnaies

Bitcoin, crypto-monnaies : attention aux escrocs !

plateformes
Yann Boutaric
Ecrit par Yann Boutaric

Entrons directement dans le vif du sujet avec le témoignage d’un lecteur.

« Ayant été tenté par les cryptos, j’ai imprudemment traité avec ‘cryptobankweb.com’. J’avais la possibilité de suivre mon compte (…) et jusqu’au 20/02, j’avais 359 Bitcoins, soit une somme potentielle de 2 056 000 €. À partir du jour où j’ai demandé de me verser la somme disponible, ce fut le silence, du côté de mon interlocuteur (A. I.) comme de celui de la plateforme. Que peut-on faire contre une telle escroquerie ? »

Depuis janvier 2015, date à laquelle nous avons commencé à recommander le Bitcoin au sein de nos publications, il ne se passe pas un mois sans que notre Service Clients ne reçoive le mail ou l’appel de lecteurs dont les investissements se sont envolés comme par enchantement.

Par manque de vigilance et malgré nos recommandations, ils ont fait confiance à d’obscures plateformes ou à de mystérieux traders qui se sont finalement révélés plus habiles dans la sorcellerie que dans la gestion de fonds.

Pour cet abonné de longue date cité en introduction, qui avait très tôt su tirer profit de nos conseils, le tour de passe-passe est difficile à avaler.

Nos appels à la vigilance sont constants et nous avons toujours indiqué à nos lecteurs les mêmes plateformes à privilégier.

Mais il me paraissait important de rappeler quelques points fondamentaux et d’actualiser nos mises en garde alors que l’AMF a dressé le mois dernier une liste noire – non exhaustive – des sites qui proposent l’achat de crypto-monnaies sans y être autorisés.

Sans surprise, le site cryptobankweb.com y figure.

Les plateformes légitimes ne font pas de publicité

Voici l’extrait du mail d’une lectrice reçu samedi dernier :

« Bonjour, avec mon compagnon nous venons de nous faire escroquer de plus de 100 000 € par une annonce sur Internet… »

Bien sûr, c’est révoltant. Mais c’est aussi devenu très fréquent.

La folie des crypto-monnaies s’est emparée de nombreux investisseurs en herbe qui, exaltés par les gains colossaux dont ils ont entendu parler ici et là, confient au premier « expert » venu les économies d’une vie. Et s’assoient naïvement sur la règle la plus importante de l’investisseur : ne jouez que ce que vous avez les moyens de perdre.

Or l’escroc se repaît de naïveté. Et l’occasion est trop belle de charmer ses victimes potentielles à grand renfort de publicités mensongères.

Soyons clairs : les plateformes légitimes n’ont pas besoin de faire de la publicité. Elles se suffisent à elles-mêmes.

Pour faire simple, voici celles que nous recommandons au sein de nos services et pour lesquelles nous avons créé un guide pas à pas : Coinbase, Bittrex, Binance, Kraken.

Et celles, pêle-mêle, que vous pouvez utiliser également : Poloniex, Bitstamp, Bithumb, Paymium, Coinhouse, Blockchain.info, Livecoin, Huobi ou encore Bitbay.

Les premières listes noires sont apparues

Au-delà des sites connus et utilisés par la grande majorité des investisseurs, faites très attention : Internet est gorgé de ces casinos virtuels qui n’enrichiront personne en dehors de leur propriétaire.

En France, l’AMF (Autorité des marchés financiers) a dressé le mois dernier une liste noire des sites qui proposent l’achat de crypto-monnaies sans y être autorisés.

On y retrouve : akj-crypto.com, bank-crypto.com, bcoin-bank.com, bit-crypto.net, boursebitcoin.com, crypteo.io, cryptobankweb.com, crypto-major.com, cryptopartnersinvest.com, crypto2.bnd-group.com, crypto.private-finances.com, ecs-solutions.net, ether-invest.com, krakenaccess.com et minedecrypto.com.

Dans la liste noire complète des sites « proposant d’investir dans des biens divers », notez que l’on trouve également de nombreuses occurrences concernant l’achat de diamants. Les escrocs sont souvent les mêmes : ils surfent simplement sur les tendances.

L’homologue belge de l’AMF, la FSMA (Autorité des services et marchés financiers), en a fait de même.

Elle a publié sa liste des plateformes « au sujet desquelles [elle] a reçu des questions ou plaintes de consommateurs et a constaté des indices de fraude ».

La voici : 01crypto.net, btc-cap.com, capital-coins.com, coinquick.net, cryptavenir.com, crypto-banque.com, crypto-infos.com, cryptos.solutions, cryptos-currency.com, ether-invest.com, eurocryptopro.com, finance-mag.info, gme-crypto.com, gmtcrypto.com, gmt-crypto.com, good-crypto.com, mycrypto24.com, nettocrypto.com, patrimoinecrypto.com, ydconsultant.com.

Bien entendu, ces listes sont non exhaustives. De manière générale, notre Service Clients vous encourage à vous méfier de toute plateforme d’échange autoproclamée qui utilise « crypto » dans son nom de domaine.

En toute circonstance, achetez directement vos crypto-monnaies sur les plateformes légitimes et ne faites pas confiance à ceux qui prétendent qu’ils vont le faire à votre place. Et si, par malheur, vous décidiez d’appeler le numéro indiqué, ne vous faites pas avoir par le français impeccable de votre interlocuteur…

Vérifiez méticuleusement toutes les informations

Prenons l’exemple de ce témoignage que nous avons reçu la semaine dernière.

« En janvier dernier, j’ai ouvert un compte auprès d’une plateforme : Bourso-crypto.com. Un trader nommé O. R. : 09 XX XX XX XX (dont le directeur se nommerait Mr P.) m’a contacté et j’ai crédité 300 € par carte de crédit sur ce compte. Puis, quelques jours plus tard, j’ai fait un virement de 10 000 € vers un IBAN de la Deutsch Post à Francfort. Connaissez-vous cet établissement ? »

Non, nous ne le connaissons pas. Voici quelques précautions à prendre dans ces cas-là.

  • Vérifiez toujours l’identité de la société (identité sociale, pays d’établissement, etc.). Si elle n’est pas clairement identifiable, ne lui faites pas confiance. Il est fréquent que les sociétés frauduleuses soient basées en Angleterre avec un agrément à Chypre. Si vous constatez que le site est lié de près ou de loin à Chypre, passez votre chemin.
  • Une simple recherche de l’adresse sur Google Maps peut vous aider à identifier la fraude. Il peut arriver qu’elle n’existe pas ou qu’elle se trouve au milieu de nulle part. Cependant, bien souvent les escrocs utilisent des adresses réelles. Vos courriers pourraient arriver mais ils ne seront jamais lus.
  • Si vous avez affaire à quelqu’un qui se présente comme un gérant de fonds ou un « trader », prenez le temps de vérifier si sa société est inscrite au registre des agents financiers. De même, renseignez-vous auprès de l’Autorité des marchés financiers.
  • Faites une recherche rapide du nom du registrant ou de l’interlocuteur. Il arrive que les escrocs mettent le nom de quelqu’un au hasard, qui ne correspond pas du tout à son activité supposée.

Pour résumer, prenez toutes les dispositions pour vous assurer de la crédibilité du site. Les risques sont trop nombreux pour les ignorer. Bien entendu, pour avoir les meilleures garanties, je vous encourage à ne pas vous détourner de nos plateformes favorites et à suivre minutieusement nos recommandations.

Et si c’est déjà trop tard ?

Contactez l’AMF. Vous pourrez ainsi déterminer les recours qui existent concernant l’escroquerie dont vous avez été victime.

Épargne Info Service répondra à vos questions au 01 53 45 62 00 (prix d’un appel local), du lundi au vendredi de 9h00 à 17h00.

Si vous êtes abonné à nos services, vous savez déjà tout cela. Nos guides pas à pas ont été réalisés à cet effet et, pour chacune de nos recommandations, nous vous recommandons la plateforme la plus appropriée. Pour en savoir plus…

A propos de l'auteur

Yann Boutaric

Yann Boutaric

Yann Boutaric est diplômé de l’université Lumière Lyon 2 et de l’IAE Paris Gustave Eiffel. Dès la fin de ses études, son master en poche, il s’envole vers le Brésil où il crée son entreprise de cours de français dans l’Etat de São Paulo et travaille dans le secteur du tourisme de luxe à Rio de Janeiro.
Deux ans plus tard, il décide de rentrer à Paris pour intégrer l’équipe des Publications Agora, au sein de laquelle il s’attache à transmettre aux lecteurs ses idées sur la liberté, l’investissement et les opportunités de revenus. Fin 2015, il recommandait le Bitcoin dans nos publications. Depuis, il n’a cessé d’écrire sur les cryptomonnaies et de se passionner pour le sujet.
Rédacteur en chef d’Investissements Personnels et des Dossiers d’Altucher, il a fait appel à James Altucher et à son équipe d’experts pour vous apporter des solutions et des recommandations concrètes sur les marchés financiers et dans votre parcours personnel.

1 Commentaire

  • Moi je me suis fait arnaquer de 24 000 Euros par un de ces faux sites.
    Avant d’investir, toujours faire des recherches sur Google.
    Si j’avait cherché avant d’envoyer toutes mes économies à ces escrocs, j’aurai trouvé la liste actualisée des arnaques aux faux investissements dans le Bitcoin:
    https://acheter1bitcoin.fr/liste-arnaques-bitcoin-bitcoin-scam/
    Faite attention, ne faite pas comme moi, j’ai été cupide et la cupiditée rend idiot.

Laissez un commentaire