Cryptomonnaies

Cryptomonnaies : misez sur le long terme

cryptomonnaies-long-terme
Yann Boutaric
Ecrit par Yann Boutaric

La semaine dernière, une information pour le moins insolite a attiré mon attention.

Peut-être avez-vous déjà entendu parler de Curtis James Jackson, alias 50 cent, un rappeur américain revenu des enfers et qui connut un succès fulgurant à partir de 2002. Son histoire si singulière – il vendit de la drogue dès l’âge de 10 ans et survécut à 9 balles de pistolet 9mm en 2000 – fit l’objet d’un film intitulé Réussir ou Mourir (en anglais Get Rich or Die Trying) sorti en 2005.

Riche, il le fut assurément durant les années 2000 avant de crouler peu à peu sous les dettes à partir de 2014.

Cette année-là justement, il propose à ses fans d’acheter son nouvel album, Animal Ambition, en Bitcoin.

A l’époque, la crypto-monnaie valait environ 660 dollars. Il en obtient 700 Bitcoins, soit un peu plus de 450 000 dollars.

Puis, préoccupé par les procédures qui l’opposent à la justice américaine et à ses créanciers, il laisse dormir cette petite fortune jusqu’à finir par l’oublier.

Et voilà que mercredi dernier, la mémoire lui revient.

Le bitcoin ayant pris plus de 1500 % de sa valeur depuis 2014, l’investisseur qui s’ignorait se retrouve millionnaire. Plus de 7 fois millionnaire.

Le sommeil fut fructueux.

Et le billet de 20 euros que j’ai retrouvé dans les poches d’un vieux pantalon me semble bien dérisoire.

Investir dans les cryptos sans en avoir l’air

Cette histoire nous renvoie inévitablement à l’anecdote de James Altucher, qui nous raconte régulièrement dans ses Dossiers comment, dès 2013, il proposa d’acheter en Bitcoin son livre Choose Yourself.

« Lorsque le Bitcoin ne valait qu’une fraction de ce qu’il est actuellement, j’ai créé la première boutique en ligne qui n’acceptait QUE des bitcoins. »

Accusé à l’époque de vouloir seulement faire parler de lui sur les plateaux télé, il peut aujourd’hui remercier son flair.

Depuis, nombreux sont les artistes, auteurs et vendeurs de contenus en tout genre qui se sont engouffrés dans l’opportunité. Vendredi dernier, on apprenait même que le cabinet d’avocats Bruzzo Dubucq (à Paris, Marseille et Aix-en-Provence) acceptera désormais le paiement de ses honoraires en cryptomonnaies. « Nous nous sommes rendu compte que notre clientèle était de plus en plus concernée par les cryptomonnaies » expliquait Cédric Dubucq, cofondateur de la structure, dans Les Echos.

Vous vendez des produits ou des contenus sur Internet ? Vous tenez un blog, un site d’informations ? Vous devriez proposer le paiement en Bitcoin ou en Ethereum – et donner la possibilité à vos lecteurs de faire des dons en cryptomonnaies… Pour les derniers réticents, c’est l’occasion idéale d’investir sans prendre de risques… Et de surfer sur la vague sans se mouiller.

[Pour savoir comment proposer le paiement en Bitcoin sur Internet, reportez-vous à mon dossier spécial paru dans le numéro de janvier des Dossiers d’Altucher. Vous serez guidé pas à pas !]

Comme 50 Cent, misez sur le long terme !

On ne peut pas dire que le rappeur américain avait mûrement réfléchi sa stratégie. Mais c’est exactement celle que James Altucher nous conseille d’adopter. L’investissement dans les cryptomonnaies est à envisager sur le long terme – et on vous encouragerait presque à le laisser dormir jusqu’à l’oublier…

Les cryptomonnaies sont l’évolution normale de la monnaie, comme le souligne James Altucher dans ses précédents articles. Et à ce titre, elles constituent un placement pour l’avenir.

En adoptant un état d’esprit détaché des fluctuations du Bitcoin et des effets d’annonce qui les ont accompagnées – c’est le moins que l’on puisse dire – 50 cent s’est réveillé un matin avec une fortune qu’il ne soupçonnait pas.

Tout comme le Bitcoin, certaines cryptomonnaies sont destinées à un grand avenir. Encore faut-il se positionner sur les bonnes, car 95 % d’entre elles sont des arnaques.

Comment les repérer ? C’est précisément ce que James Altucher vous expliquera lors de son évènement Secret Crypto 100 000 % ce vendredi 2 février.

Je vous retrouverai sur place en compagnie de James.

A propos de l'auteur

Yann Boutaric

Yann Boutaric

Laissez un commentaire