Choisissez-vous

Ce que mon premier emploi m’a appris sur l’échec et la réussite

échec
James Altucher
Ecrit par James Altucher

C’était mon premier vrai jour de travail. Je marchais dans la rue quand une femme qui se trouvait sur le trottoir à côté de moi s’est fait renverser par un taxi.

Elle a été projetée sur la chaussée et coupée en deux. Le taxi s’est enfui à toute vitesse avant que quiconque ait pu relever le numéro de sa plaque d’immatriculation.

J’ai couru jusqu’à un téléphone public (oui, une véritable cabine téléphonique). Tout le monde hurlait. À cette époque, tous les cinémas pornographiques de la 42e rue de New York avaient déjà fermé, mais Le Roi Lion n’était pas encore à l’affiche.

En fait, tous les frontons des cinémas étaient recouverts de haïkus, de courts poèmes japonais. On était en 1994. Une année de transition, à tous points de vue.

Je me suis ensuite rendu au bureau.

J’avais été embauché pour connecter les réseaux de HBO à quelque chose nommé « Internet ». À la place, j’ai effacé une bonne partie des e-mails de tous les employés.

En fait, j’étais tout simplement incompétent. J’avais peur de me faire de nouveaux amis, j’avais honte de mes lacunes et je ne savais rien sur rien.

Je ne regrette pas ce qui s’est passé depuis. J’ai échoué à maintes reprises. Parfois, je me suis relevé ; parfois, je suis resté abattu pendant un bon moment. Malgré tout, je suis content d’être arrivé là où je suis aujourd’hui.

Cela étant dit, je n’aime pas beaucoup l’échec. J’entends toujours dire qu’il faut échouer pour apprendre.

C’est absolument n’importe quoi. Un échec est un moment extrêmement douloureux et horrible, et cela n’aide personne. C’est souvent un passage obligé de tout apprentissage, mais il vaut mieux ne jamais connaître un échec si cuisant qu’il met en péril votre vie familiale, amoureuse, professionnelle ou autre.

Comment l’éviter ? Tous les conseils sont des clichés, mais cela m’est égal. Si je devais donner des recommandations à quelqu’un qui se trouverait aujourd’hui dans la même position que moi, voici ce que je lui dirais.

1. Listez les cinq personnes que vous admirez le plus

Lisez tout ce que vous pouvez trouver à leur sujet. Notez ce que vous pouvez faire pour leur ressembler davantage.

N’oubliez pas que nous sommes la moyenne des cinq personnes dont nous nous entourons ; il peut s’agir aussi bien de mentors virtuels que réels.

2. Notez dix idées par jour

Quand j’étais au plus bas, fauché et sans aucune perspective, j’avais pour habitude de me lever tôt, de prendre un café, de lire un livre et de noter dix idées chaque jour.

Il s’agissait d’idées d’entreprises, de projets de livres que j’aurais pu écrire ou encore de possibilités d’amélioration d’autres sociétés, à qui j’en faisais alors part.

Un jour, on m’a répondu. J’ai même été payé.

C’est également quelque chose que vous pouvez faire si vous êtes salarié.

N’oubliez pas : pour devenir riche, vous devez créer de la richesse pour autrui – que vous soyez employé, entrepreneur ou « entre-ployé » (entrepreneur-employé).

3. Apprenez l’histoire de votre travail, de votre secteur, et même des directeurs et des divisions de votre entreprise

Quand je travaillais pour HBO, j’adorais tous les programmes de la chaîne. Je m’étais renseigné sur tous les scénaristes et sur leur parcours. J’avais étudié la biographie des cadres dirigeants de la société.

J’étais fier de faire partie d’une aventure comme celle-ci. C’est ce qui m’a aidé à réussir dans mon travail : quand j’avais une idée, je ne la formulais pas pour « les autres », mais pour « nous ».

Seul l’enthousiasme mène au succès. Pas le désir de réussir, mais la passion pour ce que vous faites.

4. N’accusez personne et ne vous plaignez pas

Actuellement, je collabore avec de nombreuses entreprises. Certaines s’en sortent bien, d’autres moins.

Toutefois, je n’accuse jamais personne, car c’est ma faute si les choses tournent mal. Je n’en suis peut-être pas directement responsable ; peut-être ai-je choisi de m’entourer des cinq mauvaises personnes, tout simplement.

Néanmoins, c’est bel et bien ma faute. La vie est trop courte pour blâmer autrui, ne serait-ce qu’un instant.

N’oubliez pas que vous pourrez toujours récupérer l’argent que vous avez perdu. En revanche, le temps écoulé s’envole pour toujours.

5. Ne vous attribuez aucun mérite

La personne qui reconnaît systématiquement le mérite des autres est celle avec qui tout le monde veut travailler. C’est cette personne que vous devez être.

Enfin…

6. Ne vous appesantissez pas sur l’échec

Ne vous attardez pas sur l’échec et ses prétendus bienfaits. Ils n’existent pas. En revanche, entraînez-vous à résoudre des problèmes difficiles. Mieux vous parviendrez à remédier à ce type de problèmes, et plus la vie sera facile.

A propos de l'auteur

James Altucher

James Altucher

Laissez un commentaire