Entreprendre

Et voilà que les robots livrent des pizzas…

Pizzas Robots Intelligence Artificielle
James Altucher
Ecrit par James Altucher

À présent, des robots livrent des pizzas, et volent de ce fait l’emploi de jeunes gens acnéiques dans les villes universitaires.

Robot Domino's Pizzas

Domino’s vient en effet d’annoncer que des robots autonomes livreront ses pizzas. Bienvenue dans le nouveau monde.

En tant que représentant de la dernière génération de livreurs de pizzas, il en va de ma responsabilité de partager les leçons de vie que j’ai apprises grâce à ce petit boulot.

Ouvrez grand vos yeux !

– SOYEZ À L’HEURE

Il est tellement facile de rendre un consommateur heureux. Si vous commandez une pizza, cela signifie que vous avez probablement faim à ce moment-là.

Mon seul boulot est de vous permettre de vous empiffrer de fromage et de pâte à pizza aussi rapidement que possible. Si j’y parviens, je suis payé et j’aurai gagné votre confiance pour la vie.

Si je n’y parviens pas, pas de pourboire et pas de client fidèle. Être à l’heure est la chose la plus importante et c’est si facile à faire.

– TENEZ LA PIZZA BIEN À L’HORIZONTALE

Dans toutes les entreprises que j’ai connues, les problèmes ne sont jamais de grandes catastrophes.

Une grande catastrophe est l’occasion pour les fondateurs, les PDG et les investisseurs de montrer leur talent et d’agir de leur mieux pour résoudre le problème.

Mais c’est l’usure de la médiocrité à tous les niveaux d’une équipe qui provoquera la chute de l’entreprise.

Je ne parvenais pas à ne pas faire pencher les pizzas. J’étais un « basculeur », comme on dit dans le métier.

Du coup, tout le fromage glissait sur le côté. Oui, c’était moi ! Les gens me détestaient. Ce n’est jamais bon quand les gens qui veulent vous aimer vous détestent en réalité.

Établissez une checklist des principes de base : être à l’heure, tenir la pizza bien à l’horizontale, connaître l’adresse où vous devez livrer et s’assurer que la commande est correcte.

N’oubliez pas le Coca-Cola ou vous risqueriez de devoir vous taper un aller-retour rien que pour une canette.

– LISEZ UN LIVRE

L’un des meilleurs moments de ma vie : après avoir livré une pizza et sans autre commande à traiter, je cherchais un endroit où me garer, prenais un livre et lisais.

Depuis, quel que soit mon travail du moment, j’ai toujours adoré les instants où, seul, je pouvais à la fois me régénérer et apprendre.

En outre, j’avais une petite amie que j’essayais d’éviter.

– AYEZ UN PLAN MACHIAVÉLIQUE

Je livrais des pizzas parce que j’avais fondé une entreprise de livraison de pizzas (et d’autres denrées). Nous livrions à partir de huit restaurants différents dans une ville universitaire.

La raison pour laquelle nous avions créé une entreprise de livraison ? Parce que nous avions créé une entreprise de cartes de débit. Donc pour chaque restaurant qui acceptait notre carte de débit, nous offrions à nos clients détenteurs de notre carte la possibilité de les livrer à domicile.

Parfois un boulot de livreur n’est que ça, un boulot de livreur.

Mais je cherche toujours à voir comment améliorer ce que je fais, le transformer en quelque chose d’autre, puis transformer ce quelque chose d’autre en autre chose encore.

Ce qui me faisait me lever de mon lit le matin n’était pas de penser « aujourd’hui je dois livrer des pizzas », mais de penser « mes plans machiavéliques me rapprochent de la domination mondiale ! ».

Encore aujourd’hui, si je n’ai pas ce plan diabolique en tête, j’ai du mal à me lever le matin.

– LIVREZ UNE PIZZA RONDE

Ce conseil m’a été donné par un de mes amis. Il gérait 20 franchises Domino’s qu’il avait achetées en Floride du Sud alors qu’elles faisaient faillite.

Il les a remises sur pied, les a vendues et a gagné des millions.

Je lui ai demandé : « Comment une franchise Domino’s peut-elle faire faillite ? » Ce qui peut sembler être une question stupide. N’importe quelle entreprise peut faire faillite. Mais une franchise est généralement très réglementée.

Il me répondit : « Lorsque je suis arrivé, les pizzas n’étaient pas rondes. Elles étaient sans forme, trapézoïdales. Il suffit de livrer une pizza dans la bonne forme et les gens continueront à commander. Au lieu de cela, ces franchises avaient une réputation de négligence. »

Je fais maintenant le lien avec mes podcasts. J’ai commencé à enregistrer des podcasts il y a plus de trois ans. Je pensais alors que la qualité audio importait peu. « C’est juste de l’Internet ! », disais-je.

Mais aujourd’hui, j’enregistre dans un studio professionnel (qui me coûte 70 dollars de l’heure) et j’essaie de rencontrer chacun de mes invités en personne pour que la qualité soit la meilleure possible pour un coût relativement faible.

Même lorsque d’autres m’invitent sur leurs podcasts, j’organise souvent la rencontre dans un studio pour m’assurer d’une bonne qualité.

– SI ҪA NE SE DÉVELOPPE PAS, C’EST QUE C’EST MORT

Nous avons géré notre entreprise de livraison pendant un an. Mais les commandes du dernier mois étaient les mêmes que les commandes du premier mois.

Peut-être aurions-nous pu améliorer cela, mais nous n’avions simplement pas les capacités pour le faire.

Les éléments chimiques du bonheur dans votre cerveau (sérotonine, dopamine, ocytocine) apprécient lorsque vous améliorez vos compétences, vos relations, votre liberté.

Les enfants sont faits pour explorer et être curieux. Ils ne songent pas à un objectif. Ils demandent « pourquoi ? ».

Nous avons oublié cela.

Il est facile de tout laisser tomber lorsqu’une entreprise ou une relation échoue. Il est également facile de continuer lorsque tout se passe bien.

Mais il est difficile de savoir quoi faire lorsque les choses semblent stagner.

Aujourd’hui, ma règle est celle-ci : si les choses stagnent pendant 90 jours et que, malgré mes efforts, je ne parviens pas à améliorer la situation ou du moins à avoir un espoir d’amélioration, alors j’abandonne.

Un exemple est mon récent podcast, « La Question du Jour », auquel je travaillais en collaboration avec Stephen Dubner.

C’était un podcast de qualité et nous avions environ 700 000 téléchargements par mois. Ça marchait pas mal, mais ça stagnait.

Peu à peu, nous avons perdu notre énergie pour ce podcast. Nous avions des annonceurs et de l’argent chaque mois mais nous avions perdu cette excitation typique d’un enfant qui s’amuse, explore et grandit.

Nous avons donc arrêté. Stephen enregistre maintenant un autre podcast et les téléchargements de ma propre émission ont doublé, voire triplé.

À présent, j’essaie toujours de doubler ce qui évolue et de stopper ce qui stagne.

– C’EST UN PLAISIR DE VOUS SERVIR

J’aime bien travailler dans le secteur des services. J’ai bien aimé livrer des pizzas.

Il y a 40 000 ans, les gens devaient chasser le taureau et le découper en petits morceaux, traire une vache et transformer le lait en fromage, récolter du blé, faire un feu, obtenir du sucre de quelque part et le mettre dans une boisson gazeuse (je n’ai AUCUNE IDÉE de la façon dont on a inventé tout cela).

Puis ils devaient se rendre sur des îlots sur la côte indonésienne pour obtenir des épices et les rapporter.

Ce n’est qu’alors qu’ils pouvaient manger une pizza.

Et puis… 40 000 ans plus tard… Ils pouvaient me téléphoner et, dix minutes plus tard, je sonnais à leur porte et les rendais heureux.

Une source de bonheur en évolution ! J’avais la solution à tous ces énormes problèmes qu’il avait fallu 40 000 ans aux êtres humains à résoudre.

Dans les années 1990, j’ai dirigé une agence. Comme dans toute agence, la règle numéro 1 était : utiliser les produits de ses clients. Aimer ses clients. Pourquoi servir des gens que vous n’aimez pas ? Nous n’avons qu’une vie, autant la passer avec ceux que nous aimons.

Même chose dans le domaine de la livraison. Si des clients préparaient une fête et commandaient dix pizzas, j’étais heureux de rendre leur fête meilleure. Cela améliorait ma vie, mon enthousiasme se traduisait par des pourboires et cela rendait leur vie meilleure.

– HABILLEZ-VOUS POUR LE JOB QUE VOUS VOULEZ

Wende livrait des pizzas avec moi. Elle était la co-fondatrice de l’entreprise. Son père était milliardaire mais elle livrait plus vite que moi et avait de plus gros pourboires.

En plus, elle était blonde et très jolie. Je déteste dire ça mais les types préféraient lui donner de plus gros pourboires qu’à moi.

Lorsque je faisais du nettoyage et portais une chemise blanche et un pantalon noir (comme un serveur), j’obtenais de meilleurs pourboires. C’était aussi simple que ça.

Je porte aujourd’hui encore une chemise blanche et un pantalon noir.

– LA RÈGLE DES 360 DEGRÉS

La raison pour laquelle les franchises Domino’s Pizza ont fait faillite ? Parce qu’elles ne livraient pas des pizzas rondes et ne livraient pas lorsqu’elles disaient qu’elles le feraient.

Les gérants des franchises n’avaient jamais pris connaissance des prémisses et de l’histoire du démarrage de Domino’s. Ils pensaient sans doute qu’une entreprise de livraison de pizzas près d’une grande université était un succès garanti.

Ce n’était pas le cas.

Apprenez l’histoire de l’entreprise et l’histoire du fondateur. Apprenez comment faire une pizza. Apprenez ce qu’il faut savoir sur le secteur des services, ce qui a réussi, ce qui a échoué.

Dans mon entreprise, j’étais le commercial qui devait convaincre chaque restaurant de nous laisser livrer pour lui.

J’étais également l’informaticien qui programmait les machines dans les points de vente pour accepter les cartes de débit que nous avions créées.

Je vendais également de la publicité au dos des cartes de débit – chose que je n’ai encore jamais vue au dos des cartes de crédit.

Lorsque j’ai commencé à travailler chez HBO, j’ai appris comment les satellites avaient transformé la diffusion d’émissions de télévision. J’ai appris comment les dirigeants de HBO de l’époque ont fait du porte-à-porte pour contrer Showtime 20 ans plus tôt alors qu’ils étaient encore des commerciaux junior.

J’ai étudié comment Time Warner était structuré et comment les entreprises travaillaient ensemble. Donc, plus tard, j’ai été capable de travailler en réseau pour Warner Brothers, People Magazine, Comedy Central, New Line Cinema, TNT, et même de créer le site web de Time Warner Inc.

C’est grandir ou mourir. Dans d’autres jobs que j’ai exercés, je n’ai pas fait cela. J’étais le dixième salarié de Fore Systems, une entreprise qui a fini par être vendue pour près de 3 milliards de dollars.

Mais tout ce que je faisais, c’était arriver en retard au boulot, fermer la porte de mon bureau, bâcler mon travail et quitter tôt le bureau.

J’ai donc fini par quitter la boîte et ne suis pas devenu riche à vingt ans comme tous ceux qui avaient commencé là avec moi.

Cette règle s’applique-t-elle à tous les livreurs de pizzas ? À tous les livreurs de journaux ? À tous les caissiers ?

Oui. Grandir ou mourir.

Apprenez les 360 degrés de chaque boulot que vous exercez, peu importe qu’il soit petit. Cette connaissance s’accumulera au fil des ans, même si elle semble insignifiante ou sans importance au moment où vous l’apprenez.

– NE CRITIQUEZ JAMAIS VOTRE PATRON OU VOS ASSOCIÉS

Lors de ma première année universitaire, mes notes étaient catastrophiques. Mon père vint me voir pour comprendre ce qui n’allait pas.

J’ai dû lui cacher le fait que je vivais avec ma petite amie (mes parents ne me donnaient pas d’argent pour mes études ni pour mes dépenses courantes). Je m’en suis donc sorti en disant : « Viens, sortons, je vais te faire visiter le campus. »

Tandis que nous nous promenions, je ne cessais de critiquer les gens avec qui je travaillais, mes associés dans l’entreprise.

À un moment, il m’interrompit : « Ne fais pas ça. Ce n’est pas bien. »

Cela m’a fait réfléchir. Il était inquiet que l’un d’eux puisse entendre ce que je disais.

Mais il sentait également que je devais trouver comment mieux travailler avec eux au lieu de me plaindre. C’est donc ce que j’ai fait.

Et il avait raison. Cela m’a aidé à prendre de meilleures décisions et aujourd’hui j’ai de très bons souvenirs de cette époque de ma vie.

Et de mon père, qui est décédé.

– LA RÈGLE DES 80/20

Il y avait environ quatre bonnes pizzerias en ville. C’est nous qui livrions leurs plats. Nous livrions aussi les meilleurs restaurants grecs. Et les meilleurs restaurants orientaux.

Mais voici ce que j’aurais aimé que nous fassions. J’aurais aimé créer un menu composé uniquement des meilleurs plats de chaque restaurant. C’est la règle des 80/20. 80% des gens commandaient moins de 20% des plats sur tous les menus.

Nous aurions pu rationaliser l’entreprise et peut-être même aurions-nous pu croître plus rapidement si nous avions offert uniquement les plats les plus populaires sur un seul et unique menu. Alors, nous aurions pu mieux vendre nos services de livraison.

– UTILISEZ VOTRE TEMPS OU PERDEZ-LE

Je n’avais pas d’argent et mes notes étaient si mauvaises que je risquais d’être renvoyé de l’université. J’ai donc dû non seulement travailler plus de 40 heures par semaine mais en plus être plus attentif en cours.

Or je détestais les cours, littéralement. Je séchais les partiels et ne faisais pas mes devoirs.

Je me suis rendu compte d’une chose, que je ne savais pas auparavant lorsque j’étais encore enfant : plus je consacrais d’heures à mon entreprise de livraison, meilleures étaient mes notes.

Je ne comprenais pas pourquoi, et je ne le comprends toujours pas aujourd’hui. La seule chose que je sais est que plus je mettais de discipline dans un domaine de ma vie, plus il y avait de discipline dans TOUS les domaines de ma vie.

Lorsque j’ai eu beaucoup de temps libre, j’ai été obsédé par les relations, les émotions et j’ai essayé de maximiser mon temps libre au lieu d’essayer d’être aussi productif que possible dans mon temps de travail.

Aujourd’hui, lorsque j’ai du temps libre, il est « à double usage ». Je fais des choses que j’aime mais je m’assure qu’en même temps elles nourrissent les autres domaines de ma vie.

Par exemple, j’ai en ce moment du temps libre. Je lis donc un article sur la manière dont les robots livrent des pizzas. Et cela m’a rappelé comment je livrais des pizzas à 2h du matin à des fêtes étudiantes.

Ainsi, avec mon temps libre, j’écris cet article. Et aujourd’hui j’aime l’idée d’avoir livré quotidiennement des pizzas il y a 30 ans.

7– FRED

Fred était défenseur dans son équipe de football – il faut comprendre qu’il était probablement le pire défenseur de l’histoire du football universitaire.

Il était également un bon joueur d’échecs. Je l’ai donc embauché pour livrer avec nous lorsqu’il y avait beaucoup de travail.

Nous attendions près du téléphone les commandes et jouions aux échecs jusqu’à cinq heures du matin.

Un jour, entre deux livraisons, je me suis rendu chez Fred. Il sortit de son lit, trouva un échiquier tout miteux et une vieille montre, et nous avons joué en blitz assis par terre.

Son lit était jonché de vêtements et son appartement était en pagaille monstre. Au milieu du jeu, une fille nue sortit du désordre de vêtements sur le lit.

Elle était très belle et j’en suis immédiatement tombé amoureux. Je ne pouvais m’empêcher de la regarder.

Fred lui ne cessait de regarder le jeu d’échecs. « Regarde ailleurs », me disait-il mais je n’y arrivais pas.

« Repose tes yeux sur l’échiquier », me disait-il mais je n’y arrivais pas.

« Fred, qu’est-ce que tu fais ! »

« T’inquiète, chérie, tu es en train de rêver », répondait Fred.

« C’est qui ce mec ? »

« T’inquiète. »

Mais je ne pouvais plus me concentrer. Fred gagna la partie et je suis retourné à mes livraisons.

J’ai travaillé dur pour cette entreprise. Elle n’a pas marché mais je ne peux pas dire qu’elle a fait faillite.

Pour moi, c’est un souvenir, revenu à ma mémoire ce matin avec les robots de Domino’s.

J’avais créé quelque chose à partir de rien pour la première fois de ma vie. J’ai détesté cette période, j’ai appris, je l’ai vécue, j’aurais aimé l’avoir appréciée un peu plus.

Le Terminator ne vient pas pour nous tuer. Il arrive pour nous livrer des pizzas.

 

A propos de l'auteur

James Altucher

James Altucher

Laissez un commentaire