Choisissez-vous Entreprendre

Comment transformer la procrastination en productivité

procrastination-productivité
James Altucher
Ecrit par James Altucher

Lorsque je publierai cet article, beaucoup de gens se diront quelque chose comme : « Je le lirai… plus tard. »

Amusant, non ? En outre, tandis que j’écrivais ces mots, j’ai, sans surprise, pas mal procrastiné.

Encore mieux, j’ai utilisé pratiquement toutes les techniques décrites ci-dessous pour en finir avec la procrastination. En fait, l’une des techniques que je mentionne plus loin est de commencer par le milieu.

Il faut donc que je vous dise que les mots que j’écris en ce moment, je les écris alors que j’ai terminé mon article.

Voici donc 11 manières de rendre votre vie plus productive via la procrastination.

1. Faites une liste (un Plan B)

Listez dès à présent dix choses à faire qui vous feront vous sentir « productif. »

Lorsque vous procrastinez, parcourez cette liste et faites la chose la plus infime possible de chaque élément sur votre liste.

Par exemple, si je retarde sans cesse l’écriture de mon livre, je peux faire une pause et commencer à envoyer des mails à de potentiels invités à mes podcasts.

J’ai procrastiné pour écrire cet article. J’ai même répondu à des mails datant de six mois (j’avais procrastiné pour y répondre).

Les destinataires de ces messages l’ont apprécié et j’ai ainsi pu maintenir mes contacts professionnels.

Mais nul besoin de faire quelque chose qui soit lié à « la productivité de mon entreprise. » Par exemple, je peux faire du sport. Cela améliorera ma capacité à mieux me concentrer sur le long terme.

2. Jouez

Lorsque je me sens profondément contrarié, je joue.

Jouer, ça fait du bien. Les jeux vous obligent à vous améliorer. Ils développent diverses fonctions du cerveau (le raisonnement spatial, la résolution de problèmes, etc). Ils optimisent votre capacité à digérer l’échec (puisque vous perdrez souvent) et à tirer des leçons de vos erreurs (si vous revenez sur ce que vous avez mal fait lorsque vous avez perdu).

En outre, les jeux sont un bon moyen d’évasion.

Avant mon premier mariage, j’avais peur de me marier, d’être trop jeune. Vingt minutes avant la cérémonie, j’étais à mon bureau en train de faire une partie d’échecs en une minute contre le champion suisse. Je pensais : « Je ne peux pas m’arrêter maintenant, je suis en train de gagner ! »

Bon, d’accord.

Laissez tomber les jeux d’évasion. Essayez plutôt de faire des jeux productifs. Au fur et à mesure que je me concentre pour m’améliorer, je suis plus apte à me concentrer sur la tâche à venir. J’essaie de jouer d’une certaine manière. Je vous conseille le livre de Charlie Hoehn sur le jeu (Play it Away), où il explique comment il a utilisé le jeu pour diminuer son anxiété et devenir plus productif.

3. Expérimentez

Quoi que je fasse, je n’oublie jamais l’importance de l’expérimentation.

Chris Rock est un bon exemple. Il monte sur scène, joue son rôle et tout le monde rit. Encore et toujours.

Mais ce n’est pas ainsi qu’il commence. Il se rend d’abord au Laugh Factory dans ma ville natale de New Brunswick, dans le New Jersey, griffonne quelques notes puis commence à les lire posément à voix haute.

Si les gens rient à l’une de ses plaisanteries, il sait qu’il tient là quelque chose qui peut être développé. Si les gens ne rient pas, il abandonne sa blague.

Il teste des milliers de blagues avant de constituer une heure de spectacle qu’il reprendra dans une émission sur la chaîne HBO.

Si je travaille sur un projet qui stagne, j’essaie de prendre un peu de recul et tente un point de vie différent — j’expérimente pour voir si ceci m’exalte plus.

Lorsque j’ai créé ma première entreprise, nous n’étions pas certains du meilleur moyen de gagner de l’argent. Nous avons donc expérimenté. Nous avons créé des logiciels pour voir qui les achèterait (personne). Nous avons lancé une maison de disques (nous avons failli signer un contrat mais le groupe a disparu de la circulation juste avant). Nous avons songé à créer une base de données pour l’industrie du spectacle (puis IMDB est arrivé).

Nous avons envisagé de créer un générateur de sites web automatique mais cela représentait beaucoup de travail (pensez à WordPress). Nous avons même réfléchi à créer une entreprise de thé mais nous ne connaissions rien à la distribution.

Mais ce n’étaient pas de mauvaises expériences. Chacune de ces entreprises m’a appris beaucoup de choses utiles.

Dix années plus tard, les leçons tirées de mon entreprise de thé m’ont été utiles pour créer un hedge fund (vous envoyez votre thé/argent à des distributeurs/d’autres fonds et une fois par mois vous recueillez des informations chez tout le monde et compilez les données. Chaque entreprise présente des risques semblables.)

Les moyens que nous avons explorés pour gagner de l’argent sur Internet en 1996 nous ont aidés en 2009 à trouver les meilleurs investissements avec l’envolée des réseaux sociaux.

Même notre tentative de lancer une maison de disque nous a permis de décrocher le contrat pour créer les sites web de nombreuses maisons de disques (Loud, Bad Boy, Interscope, Jive, etc).

Lorsque je suis moins productif dans l’écriture, j’essaie de varier un peu plus les styles. Ou d’être créatif d’une autre manière.

Alors que je procrastinais sur cet article, j’ai écrit une première ébauche puis une seconde d’un livre pour enfants, une expérience que je n’avais jamais connue auparavant.

4. Considérez que plus c’est petit, mieux c’est

Lorsque je procrastine sur un livre, je prends du recul et cesse de réfléchir au livre dans son intégralité. J’essaie juste de penser à ce à quoi je veux arriver dans la page précise sur laquelle je travaille et pas une autre.

Voici comment procéder :

  • trouvez une plus petite tâche dans la plus grande tâche ;
  • décrivez-la ;
  • établissez une mini-échéance pour l’accomplir ;
  • buvez un bon café ;
  • exécutez-la.

En écrivant ces lignes, j’étais inquiet de savoir si j’avais bien dix choses. Finalement j’ai dit « Une bonne chose de faite ! » et BAM !

5. Ne vous laissez pas submerger par l’angoisse

Gardez cela à l’esprit : l’angoisse ne résoudra jamais les problèmes de demain ; elle ne fera que voler votre énergie d’aujourd’hui.

A propos de l'auteur

James Altucher

James Altucher

Laissez un commentaire